Gîte La demeure du Fondateur

1001 rue de l'Église Leclercville, G0S 2K0

Pierre Leclerc (Père)

 

Pierre Leclerc (Père) est né le 21 août 1800, du mariage de Michel-Clément Leclerc et de Marguerite Beaudet. Le 8 janvier 1831, ses parents lui font donation de la terre de six arpents de largeur sur trente de profondeur sise à l'ouest de la Rivière du Chêne.

En 1838, Pierre Leclerc vend un vaste terrain au seigneur Henri Gustave Joly, afin de défaire le moulin à scie qu'il possède au Portage, pour le reconstruire à l'embouchure de la Rivière du Chêne. Pour attirer des employés et les accommoder de façons à ce qu'ils puissent demeurer à proximité, il fait construire des maisons sur les terrains qu'il possède près du moulin, mais en nombre cependant nettement insuffisant.

Pierre Leclerc, dont la terre est voisine du moulin, décide de lotir également une partie de sa terre le long du chemin royal et construit à son tour des maisons qu'il loue ou concède à titre de rentes constituées aux employés et leurs familles.

En 1860, il possédait ainsi, dit-on, une trentaine de maisons dont plusieurs sont encore debout aujourd'hui. C'était le début du village de Leclercville. Pierre Leclerc aura joué un rôle important dans sa communauté. En plus d'avoir été l'instigateur du village de Leclercville, constitué autour du moulin à scie du seigneur Joly, il avait été le premier maire de Lotbinière lors de la création en 1855 de la municipalité de la paroisse Saint Louis de Lotbinière.

Le 5 mai 1862, Pierre Leclerc faisait don à son fils Pierre-Navégius et son épouse Philomène Demers, de la terre qu'il possédait à Lotbinière, terre que trois générations de Leclerc ont eue avant eux.

Au moment de la création de la paroisse Sainte-Emmélie en 1862, il fut également nommé marguillier. Il ne devait pas avoir été étranger non plus aux transactions intervenues entre son fils et la Corporation archiépiscopale de Québec lors de la donation du terrain de la Fabrique.

Pierre Leclerc survécut une dizaine d'années à cette donation et décédait à Leclercville le 7 novembre 1871, à l'âge de 70 ans.

En égard à l'importance du personnage dans la paroisse et de son rôle dans la création du village de Leclercville, il n'est pas étonnant qu'il ait été inhumé le 10 novembre suivant, dans les voutes de l'église même de Sainte-Emmélie

 

Pierre-Navégius Leclerc

 

Pierre-Navégius Leclerc est né à Lotbinière le 9 septembre et fut baptisé le lendemain, 10 septembre 1833, sous les nom et prénoms de Pierre-Lévigius Leclair. Depuis sa naissance jusqu'à son décès, le prénom Navégius de ce dernier aura été ainsi malmené par tous ceux qui ont eu à écrire son nom. Nous retrouvons en effet plusieurs variations de ce prénom inusité.

Le 22 janvier 1856, Pierre-Navégius épousait à Saint-Pierre-les-Becquets Marie Philomène Clarinde Demers, fille de défunt Louis Demers, écuyer, et d'Angélique Mailhot.

Le 5 mai 1862, Pierre Leclerc (père), faisait don à son fils Pierre-Navégius et son épouse Philomène, de la terre qu'il possédait à Lotbinière, terre que trois générations de Leclerc ont eue avant eux. Une terre qui mesure 6 arpents de largeur sur 30 arpents de profondeur, bornée à l'est par la Rivière du Chêne, au nord par le Fleuve Saint-Laurent, au sud par la concession Saint-Michel, mais désormais bornée à l'ouest par Gustave Joly et Alexis Leclerc, avec les bâtisses dessus érigées. La plus grande partie de cette terre est utilisée comme exploitation agricole et est située au sud du chemin royal et des emplacements de village, lotis par Pierre Leclerc (pére).

Sont incluses également dans la donation, les rentes affectant les emplacements que Pierre Leclerc (père) avait déjà concédés à divers individus ainsi que les emplacements non concédés à cette date, mais sans qu'on puisse distinguer les uns des autres.

Quelques mois plus tard, le 13 novembre 1862, Pierre-Navégius et son épouse, faisaient don à la Corporation Archiépiscopale catholique romaine de Québec, des terrains qui composeront le terrain de la Fabrique de la nouvelle paroisse à être créée sous le nom de paroisse Sainte-Emmélie.

La municipalité de la paroisse Sainte-Emmélie fut créée le 1er décembre 1862, soit immédiatement après ces transactions, mais avant l'érection canonique de la paroisse qui se fit par décret le 20 décembre suivant. L'oeuvre et Fabrique de la paroisse Sainte-Emmélie-de-Lotbinière fut érigée canoniquement le 25 décembre 1862.

Deux ans plus tard, le 24 mai 1864, la Corporation Archiépiscopale catholique romaine de Québec cédait le même terrain à l'œuvre et Fabrique de la paroisse Sainte-Emmélie-de Lotbinière.

Ce détail nous indique que le nom de la paroisse avait déjà été choisi avant cette date, fixant ainsi le nom à la municipalité. La municipalité de la paroisse Sainte-Emmélie englobait à la fois le village et la campagne. Il faudra attendre le 1er janvier 1874 pour que soit détachée de cette dernière, la municipalité du village de Leclercville.

Neuf enfants sont nés du mariage de Pierre-Navégius et de Philomène Demers. Durant cette période, toujours qualifié de cultivateur,  il continuera à louer et concéder des emplacements dans le village de Leclercville. Il allait poursuivre cette activité, développant son lotissement depuis la création en 1862 de la municipalité de la paroisse Sainte-Emmélie jusqu'à son départ de Leclercville vers 1891. 

Nous le retrouvons comme écuyer, marguillier de la paroisse et juge de paix. Il occupera sans doute diverses fonctions au sein des administrations paroissiales, municipales et scolaires. Il fut entre autre maire de la Municipalité de la Paroisse de Sainte-Emmélie de 1870 à 1873 et maire de la Municipalité du Village de Leclercville de 1883 à 1885.

La maison sise au 1001, rue de l'église, a été construite par Pierre-Navégius vers 1881, une vingtaine d'années après la création en 1862 de la paroisse Sainte-Emmélie-de-Lotbinière et la fondation de la municipalité du village de Leclercville, deux évènements auxquels il fut étroitement lié.

Le 4 janvier 1890, lui et son épouse, vendent la maison et tout le terrain encore vacant à leur gendre Xénophile Tousignant. En 1891 ou 1892, Pierre-Navégius, son épouse ainsi que leurs trois enfants, quitteront Leclercville pour aller s'établir à Maisonneuve, ville qui est aujourd'hui un quartier de Montréal. Peut-être allaient-ils rejoindre leur fille Monique, déjà établie comme couturière ou modiste à Montréal depuis un certain temps. Nous ignorons ce qui les poussa à poser ce geste.

Mais c'est en 1893, diminué par la maladie que Pierre-Navégius, rédige son testament. Trop malade pour se rendre en l'étude du notaire, c'est le notaire lui-même qui se déplaça.

À peine un mois plus tard, le 10 octobre 1893, Pierre-Navégius décède à Maisonneuve à l'âge de soixante ans. Il sera inhumé deux jours plus tard, le 12 octobre 1892, à Leclercville, dans le cimetière de la paroisse Sainte-Emmélie. Un monument est alors dressé dans le cimetière, sur lequel Philomène Demers prendra soin d'ajouter les noms de son mari en écrivant son prénom Pierre-Navégéus, mais aussi celui de son beau-père, Pierre Leclerc, inhumé dans l'église.